13h30 – 14h00 : Qui sont les Doulas de fin de vie ?

Rosette Poletti et Vanessa Maier

Rosette Poletti, crédit : Martine Crémieux
150ème naissance

Rosette Poletti
Directrice de l’Ecole Romande de Doulas de fin de vie.

  • J’aimerais mourir chez moi, qui pourrait être présent pour m’aider à vivre ce passage dans la sérénité ?
  • Qui pourrait soutenir mes proches dans ce moment si intense ?

Actuellement, de nombreuses personnes souhaitent mourir chez elles plutôt qu’en institution. Elles souhaitent être soutenues et accompagnées selon leurs désirs dans ces moments uniques et intenses.

C’est là qu’interviennent les doulas de fin de vie, préparées spécialement à ce rôle . Elles apportent leurs compétences pratiques et relationnelles afin que cette transition de la vie à la mort soit vécue selon les souhaits de la personne en fin de vie et de ses proches. Le cursus qui prépare ces doulas insiste particulièrement sur la formation à l’attention, à l’empathie et à la compassion.


Vanessa Maier
Doula de fin de vie certifiée, fondatrice et co-présidente de l’association Doulas de Fin de Vie Suisse

  • En quoi consiste le rôle d’une doula de fin de vie ?
  • Pourquoi et comment faire appel à une doula de fin de vie ?
  • Comment ça se déroule ?

Doula de fin de vie, fondatrice de l’association Doulas de Fin de Vie Suisse et assistante administrative bilingue (FR / ENG), je suis au bénéfice de plusieurs certifications (IRFAP Mme Rosette Poletti / Soul Midwife™ Felicity Warner). Je pratique l’accompagnement des mourants et de leurs proches depuis 2018, notamment en tant que bénévole dans une unité de soins palliatifs

Doula de fin de vie est une nouvelle activité en plein essor qui propose l’accompagnement personnalisé des mourants et de leurs familles avant, pendant et après le décès. Dans de nombreuses cultures, pendant des milliers d’années, des femmes expérimentées ont aidé les femmes enceintes qui allaient donner naissance à leurs enfants à bien vivre cet événement. On les nommait les doulas, mot qui vient du grec et qui signifie « servante ». Il y avait aussi des femmes qui apportaient leur soutien lorsqu’une personne allait mourir dans une famille. Les doulas de fin de vie existent depuis des dizaines d’années dans plusieurs pays. En Suisse, l’Institut de recherche et de formation à l’accompagnement des personnes en situation difficile (IRFAP www.irfap.ch) qui forme dans ces domaines depuis plus de 20 ans, prépare des doulas de fin de vie.

En tant que doula de fin de vie, j’accompagne et assiste, sur demande, les personnes atteintes d’une maladie avec pronostic vital engagé /en fin de vie, les proches aidants ainsi que les endeuillé.e.s. Mon rôle, non médical, est plutôt celui d’une compagne qui peut offrir des conseils pratiques, un soutien moral et spirituel, ainsi qu’une présence et une écoute empreints d’empathie, de compassion, de non-jugement et de bienveillance. Que la personne puisse reprendre confiance et retrouver son pouvoir d’agir sont des éléments essentiels de ma pratique.

J’accompagne aussi au travers d’entretiens individuels ou d’activités en groupe, par exemple lors d’ateliers ou de rencontres (Causeries Mortelles by Vanessa Doula de Fin de Vie) celles et ceux qui souhaitent partager ou explorer leurs réflexions et préoccupations liées à la fin de vie, à la mort et au deuil. La planification de fin de vie fait par exemple partie des prestations que je propose.

 

Vanessa Maier – Doula de fin de vie : https://douladefindevie.ch/

Association Doulas de Fin de Vie Suisse : https://doulasdefindevie.ch/

Crédits photos : Martine Crémieux

Si vous souhaitez vous inscrire, c’est ici.